V

enant de nombreux pays et continents, des hommes et des femmes de tous métiers se retrouvent régulièrement depuis 1993 dans un congrès au titre insolite « Et si la beauté pouvait sauver le monde ? ». Ils partagent une même conviction : le beau agit en profondeur, il redonne à l'homme dignité et espérance. Dans ces rencontres, temps de fête, de travail et de ressourcement, ils se retrouvent pour partager leur quête et leur expérience, formant une mosaïque colorée, ouverte, qui laisse le champ libre à de nouvelles pratiques susceptibles de donner du souffle à notre actualité artistique, sociale, culturelle, économique.

Le congrès est un lieu d’expression, où chacun vient puiser de l’espérance, prenant le risque d’exposer ce qu’il porte au plus intime de ses aspirations, et recevant le témoignage vivant des autres. Ateliers artistiques, conférences, présentation de projets, repas, temps d’échanges en petits groupes, spectacles, tous les instants sont mis en scène de manière à ce que la parole soit un acte qui engage, un risque pris personnellement et ensemble.